• Pierre Rive est un pseudonyme. Auteur français né en 1960 en Loire-Atlantique, il a passé toute sa jeunesse au bord de la mer, dans une famille qui aimait la littérature, la musique et la peinture.

    Il s’intéressera à la poésie. Avec des affinités pour : Ronsard, Hugo, Nerval, Vigny, Valéry, Cendrars, Apollinaire, Reverdy, Neruda, Char, Aragon, Prévert, Queneau... 

    Il aura aussi  des attirances avec d’autres auteurs et romanciers : Montaigne, Voltaire, Zola, Camus, Mauriac, Giono, Céline, Hesse, Miller... 

    De nombreux textes prendront naissance à partir de l’adolescence. 

    Après une longue interruption, il reviendra à la plume. De 1994 à 2004, il accumulera sur son coin de bureau, des feuilles à caractère poétique. Une partie de cette création sera proposée et sera publiée en Belgique en 2006 sous les titres : Écriture vol 1 et vol 2. En parallèle, ses textes paraîtront dans les revues.  

    D'autres ouvrages viendront chez le même éditeur. 

    Son travail en poésie est en forme libre et sans esprit de chapelle. L'auteur a aussi publié des nouvelles, des critiques, des textes humoristiques, des parodies et des écrits pour la jeunesse.

     

    Il peint et illustre ses livres.  

     

     

     Livres aux éditions Chloé des Lys : 

     

    1)  Écriture Volume 1 (Imageries) (Poésie 1994-2004) 2006/115 pages

    ISBN 978-2-87459-179-3

    2)  Écriture Volume 2 (Fragments) (Poésie 1994-2004) 2006/129 pages

    ISBN 978-2-87459-180-7

    3)  Parcs (Poésie et nouvelles) 2007/142 pages

    ISBN 978-2-87459-252-2

    4)  Mélange (Proses burlesques et nouvelles) 2008/120 pages

    ISBN 978-2-87459-336-9

    5)  Éternelle Mythologie (Parodie) 2008 (Argot)/106 pages

    ISBN 978-2-87459-367-3

    6)  Ville (Critiques, réflexions et poésie) 2010/106 pages

    ISBN 978-2-87459-463-2

    7)  Sel (Poésie et petites histoires) 2012/91 pages

          ISBN 978-2-87459-655-1

     

    Aux éditions Edilivre :

          8) Billy the Cid (Parodie) 2017 (Argot)/72 pages 

          ISBN livre papier : 978-2-414-13045-0

          ISBN numérique : 978-2-414-13046-7

     BoD 

          9) Petites histoires (Livre jeunesse) 2017/64 pages

          ISBN livre papier : 978-2-322-08444-9

          ISBN ebook : 9782322105380

          (Illustrations de l'auteur)

     Éditions du Net

          10) Hier-Aujourd'hui (Poésie et nouvelle) 2018/76 pages

         ISBN : 978-2-312-05941-9

     BoD 

         11) Histoires des profondeurs (Livre jeunesse)2018/40 pages

         ISBN livre papier : 9782322090907

         ISBN ebook : 9782322110339

         (Illustrations de l'auteur)

     Amazon     

         12) Dialogues pour rire ou pour pleurer (satire) 2019/90 pages

          ISBN livre papier : 978-1-0794-7788-7

    Éditions du Net   

          13) Verbe ( Poésie) 2020/78 pages

         ISBN : 978-2-312-07396-5

     

     

     

    Publications  en revues avec pseudo et vrai nom.

     

    Revues papiers

     

    2000 - Traces 140 - P-Y Thomas / Le Boxer

    2001 - Le cri d'os 33 /34 - P-Y Thomas/Verger/La cavale

    2001 - Traces 143/144 - P-Y Thomas/Nudité

    2002 - Verso 108 - P-Y Thomas/L'indien

    2002 - Traces 145 - P-Y Thomas/Lune

    2002 - Friches 80 - P-Y Thomas/L'innocent/L'enfant/Ecriture/Le jardinier/Lune

    2002  -Traces 147 - P-Y Thomas/La tanière du loup

    2003 - Verso 113 - P-Y Thomas/Essuie-glace

    2003 - Traces 150 - P-Y Thomas/Le café

    2003 - Traces 151 - P-Y Thomas/Buissons

    2003 - Comme en poésie 16 - P-Y Thomas/Grand couillon

    2004 - Verso 116 - P-Y Thomas/La mer/Dunes

    2004 - Comme en poésie 18 - P-Y Thomas/ Kirikiki

    2004 - Verso 118 - P-Y Thomas/Train/Jardin de nuit

    2004 - Traces 156 -  P-Y Thomas/Le bouclier

    2004 - Comme en poésie 20 - P-Y Thomas/Les ouvrières/Les barbares

    2005 - Verso 120 - P-Y Thomas/Jolis poissons/Le monstre/Comme si...

    2005- Traces 157 - P-Y Thomas/L'herbe

    2006 - Verso 127 - P-Y Thomas/Vélo

    2007- Inédit nouveau 214 - Pierre Rive/La mer est revenue/Orage

    2007 - Verso 129 - P-Y Thomas/ Belles de nuit/Le moustachu

    2007 - Verso 130 - Pierre Rive/ Marina

    2008 - Verso 133 - Pierre Rive/ Le livre/La Saint-Jean/Les Branches

    2008 - Verso 135 -  Pierre Rive/Courir

    2009 - Libelle 197 - Pierre Rive/Hommes de terre

    2009 - Verso 136 - Pierre Rive/Chère Rose

    2009 - Libelle 202 - Pierre Rive/Les arbres de la nuit

    2009 - Verso 137 - Pierre Rive/Il vaut mieux se taire...

    2010 - Libelle 215 - Pierre Rive/Ecrire

    2010 - Verso 142 - Pierre Rive/La cybernétique

    2012 - Verso 148 - Pierre Rive/Petite histoire/La sirène

    2013 - Verso 154 - Pierre Rive/Les nomades/Le poulpe

     

    2017 - Verso 170 - Pierre Rive/Qui ?

    2018 - Verso 174 - Pierre Rive/Falaises/Rivière 

    2019 - Verso 177 - Pierre Rive/Vulve/Nuit/Marée basse

     

    Revue sur internet

     

    sept 2009 - Le capital des mots - Pierre Rive/ Le néon 

    nov 2010 - Le capital des mots - Pierre Rive/Le vent

    juin 2012 - Le capital des mots - Pierre Rive/ La belle tortue

     

    mars 2018 - le capital des mots - Pierre Rive/Perles/La barque/L'ombre

     

    Recueils collectifs/Editions Chloé des lys

     

    2007 - Poèmes d'amour - Pierre Rive/Chère Rose

    2008 - Éloge de l'autre - Pierre Rive/Carrefour

    2009 - Révolutions - Pierre Rive/La société de consommation.

     

    Anthologies

     Textes réunis par Pierre Monfort. (29800 Tréflévénez)

     

    2019 - Sélection de poètes bretons n° 2 - Pierre Rive/ Perles/Falaises

    2019 -  Pollens et Gerbes de poésies  n° 2- Pierre Rive/ La guerre/Nuit

     

     


  • Dialogues pour rire ou pour pleurer

    20 juillet 2019 Amazon

    90 pages

    13,3 x 20,3 cm

    Prix : 12.66 euros

    Ebook : 3 euros

     

    PIERRE RIVE  Dialogues pour rire ou pour pleurer

    Cette suite de dialogues n’a pas pour projet de mettre des comédiens sur les planches, d'autant plus que les humains ne sont pas les seuls à parler. On y trouve quelques attitudes contemporaines : une France qui périclite sous le joug des actionnaires, des vies dominées par l’informatique, les frustrations de l’église face au sexe… D’autres conversations plus intimes viennent se greffer à ce travail.Un ouvrage à la fois satirique et lyrique. 

     Illustration de couverture : l’auteur 

     

    Extrait : Le fou

     

    Le fou dans sa cellule avec son infirmier. 

     

     

    Le fou - C’est drôle ! 

     

    L' infirmier -  Quoi ? 

     

    Le fou - Tu as un petit village sur la tête. 

     

    L'infirmier - Pff ! 

     

    Le fou - Si ! Je vois le boucher. Sa femme fait de l’œil à un client. 

     

    L'infirmier - Ça ne s’arrange pas ! 

     

    Le fou - Tiens ! Le maire est parti à la chasse avec le châtelain. 

     

    L' infirmier - Tu dérailles complètement. 

     

    Le fou - La châtelaine s’envoie en l’air avec le jardinier. 

     

    L'infirmier - N'importe quoi ! 

     

    Le fou - Le jardinier l’a prise en brouette. 

     

    L' infirmier - Pff ! 

     

    Le fou - Son arrosoir est en pleine forme. La châtelaine est aux anges ! 

     

    L'infirmier - Du calme ! 

     

    Le fou - Tiens ! Il y a un manège sur la grande place. 

     

    L'infirmier - Il va falloir doubler ton traitement ! 

     

    Le fou - Les enfants rient sur le manège. 

     

    L'infirmier - Tant mieux ! 

     

    Le fou - Ah ! il y en a un qui me fait des grimaces. 

     

    L'infirmier - Sans blague ! 

     

    Le fou - Je n’aime pas ça ! Pas du tout ! 

     

    L'infirmier : Pff ! 

     

    Le fou - Tiens ! C’est drôle ! 

     

    L’infirmier - Quoi encore ? 

     

    Le fou - Il y a une grosse toile d’araignée sur ton visage. 

     

    L’infirmier - Ah ! 

     

    Le fou - Il y a aussi une grosse araignée avec des pattes velues qui se promène entre tes yeux et sur tes joues. 

     

    L’infirmier - Je… 

     

    Le fou - Méfie-toi ! Elle va entrer par un trou de nez ! Tout dévorer ! Et ressortir par ton trou du cul ! 

     

    L’infirmier - Ça suffit ! (Il lui fait avaler des gélules et il quitte la chambre.) 


  • PIERRE RIVE Histoires des profondeurs

    Parution novembre 2018  ISBN : 9782322090907

    17 x 22 cm  40 pages

    Prix 5.50 euros ou 2.99 euros (eBook)

    BoD 

    Histoires pour enfants – entre 4 et 7 ans.

    La mer et ses habitants :

    Sarah, la petite pieuvre est une artiste. Mais un grand poisson anguilliforme vient troubler son univers.

    L’étoile de mer…

    Flo, le dauphin… 

     

     

    Textes et illustrations de l’auteur.

     

    EXTRAIT

     

    La petite pieuvre

    Possède huit bras

    Et ses bras lui servent aussi de pattes.

    La petite pieuvre

    Possède huit jambes fuselées

    Et n’a pas besoin de maquillage

    Pour séduire les autres céphalopodes.

     

    La petite pieuvre s’appelle Sarah.

    Sarah, c’est joli ! Très joli !

    Sarah danse, danse, danse

    Sur les podiums des profondeurs

    Comme une fleur lumineuse.

     

    La petite pieuvre

    Possède aussi un bec

    Comme celui des perroquets

    Mais ne répète pas bêtement

    Tout ce qu’on lui dit.

    Sarah chante, chante, chante

    Sur les estrades de l’océan

    Comme un oiseau rayonnant.

     

     

     

    Sarah chante, chante

    Et son sang bleu bas très fort à ses tempes

    Quand les spectateurs applaudissent

    Et crient « Une autre ! Une autre ! »

    Sarah est une artiste complète.

     

    La petite pieuvre

    Possède huit tentacules

    Avec des centaines de ventouses.

    Celles-ci adhèrent sur les rochers du rêve

    Sarah aime beaucoup rêver.

     

    Quand le spectacle est terminé

    Elle enlace avec gratitude ses admirateurs.

    Puis

    Elle retourne dans sa grotte

    Avec son attelage de chevaux de mer.

     

    Les hippocampes fredonnent les chansons de Sarah

     Et hennissent sur les chemins du retour.

     

     

     

     

     PIERRE RIVE Histoires des profondeurs


  • Parution : juillet 2018

    Titre : Hier-Aujourd’hui

    Genre : Poésie et récit.

    Format : 15 x 23 cm

    76 pages

    ISBN : 978-2-312-05941-9

    Prix livre papier : 15 euros – à commander sur le site des Éditions du Net.

     

     

     

    PIERRE RIVE Hier-Aujourd'hui

     

    Illustration de l'auteur

     

    Poèmes et récit. Dans ce travail se croisent des images du passé et du présent. Souvenir d’un amour de jeunesse, langages divers et réflexions sur l’avenir, dans un univers qui se dégrade.

    Une dizaine de textes, issus de cet ouvrage, ont paru dans des revues et anthologies.

    Merci pour l’accueil !

     

     

    Extrait :

     

     

                     Vulve

     

     

    La cigarette que l’on fumait

    Quand le grand feu crépitait dans l’antre du rêve

    Quand les flammes se distordaient

    Sous les mains de la soif.

     

    La cigarette que l’on fumait

    Devant le ciel ébréché

    Que nos souffles devaient à chaque fois recommencer.

     

    Elle était bonne à tirer.

     

    On voyait fleurir des pays entre nos doigts

    On défiait les dieux et les intempéries.

     

    Et puis

    Mon corps se mélangeait à ton corps impalpable.

     

    Avec encore l’odeur de l’encre

    Sur ta vulve grandissante

    Je restais là, à dévisager notre rencontre.

     

     

                 La barque

     

     

    La barque est sur le sable

    Le sable est sur la barque

    C’est un restant d’embarcation

    Un squelette

    Que le vent enlace

    Que la pluie pourrit.

     

    La barque est sur le sable

    Dans un endroit désolé.

    Désolées sont les mouettes

    Car le bois de la coque

    Ne ramènera plus de poissons.

     

    Il reste un morceau de filet

    Entre les os de l’aventurière

    Les os

    Que les fauves du temps ont léchés.

    Il reste un morceau de filet

    Qui se souvient encore

    Des prairies de la mer

    Et du cuir tanné des pêcheurs.

     

    Promeneurs

    Ne riez pas de l’épave !

    Il y a tant de richesses

    Qui émanent de son cadavre.

     

     

                   Rivière

     

    La rivière bourgeonne

    Dans l’orchestre des becs

    Son cours se libère

    Des griffes des crues.

    Les racines noyées

    Vident leurs poumons

    Sur la terre du soleil.

    Les parfums momifient

    Les rois de l’hiver.

     

    Quand les berges se dénudent

    Montrent leurs jambes trouées de gîtes

    Et leurs seins de glaise

    Une musique désespérée s’allonge

    Comme un saxo étranglé

    Sur les pierres brûlantes.

    Les flaques assoiffées

    Pissent des rus tourmentés

    Et les poissons prisonniers

    Cherchent la grande couverture de l’onde.

     

    Dans les feuillages roux et mordorés

    Les violons de la pluie ouvrent le bal

    C’est la danse des écailles

    Et de la fange.

     

    De nouveau

    La rivière retrouvera

    La force de son corps

    Et ses bords inonderont

    Le ventre de l’herbe.

     


  • Parution octobre 2017

    Titre : Petites Histoires

    Genre : Livre Jeunesse

    Format : 14.8 x 21 cm

    Pages : 64

    ISBN : 978-2-322-08444-9

    Textes et illustrations de l'auteur

    Prix livre papier : 7 euros- à commander sur le site de BoD.

     

     

    Ce livre est un recueil de petites histoires pour la jeunesse. Mis à part un mélange de fables et de poésies, cet ouvrage a aussi un but pédagogique. Des textes que les adultes pourront raconter à leurs enfants, mais aussi pour que les enfants découvrent eux-mêmes l’univers des mots.

     

    Les lecteurs feront la connaissance d’un enfant belliqueux, d’un canard blanc, d’un phoque vaniteux… (Entre 4 et 8 ans.)

     

    Illustration de couverture :

     

    PIERRE RIVE Petites Histoires

     

     

     

    EXTRAIT

     

     

    Il existait en Antarctique un phoque

    Un gros mâle

    Qui disait toujours 

    « Tout va très bien, Madame la Banquise

    Tout va très bien, Madame la Marquise 

    Je vis près du Roi Soleil

    Et je me prélasse dans ses rayons. »

     

    La journée

    Il l’a passait à dormir sur son île

    Non loin de son harem.

    Le soir, il plongeait

    Pour manger des poissons et des crustacés.

     

    C’était le mâle le plus puissant

    De la colonie

    Et il possédait de nombreuses femelles.

     

    Alors

    Il se lissait les moustaches avec suffisance

    Et exhibait son corps en se dressant

    Sur ses nageoires de devant.

     

    Mais le gros phoque

    Etait devenu fainéant.

    Il s’abandonnait au soleil

    Tout en rêvant à ses conquêtes.

     

    Quand un ours blanc

    Mettait ses grosses pattes velues

    Sur son bloc de glace

    Il se glissait dans l’eau

    En lui riant au nez.

     

    Quand une orque

    Montrait sa mâchoire

    Il remontait rapidement

    Sur son iceberg

    En paradant.

     

     

     

    Il existait un phoque

    Un gros mâle

    Qui disait toujours :

    « Tout va très bien, Madame la Banquise

    Tout va très bien madame la Marquise 

    Je suis le seigneur des lieux

    J’ai le monde sous mes nageoires. »

     

    La journée

    Il la passait à dormi

    Et à rêver à son harem.

     

    Elles étaient belles ses femelles

    Et il en était très fier.

     

    Mais un jour le gros phoque

    S’endormit profondément

    Si profondément.

    Qu’il ne vit pas son îlot se déplacer

    Loin de la colonie

    Ni la glace fondre sous son corps.

     

    Il se retrouva

    En pleine mer

    Avec un tout petit lit

    Pour le protéger.

    À peine réveillé

    De grosses dents mordirent sa graisse.

    Le sang se répandit avec profusion dans l’océan.

    Une orque l’avait happé

    Pour en faire son petit déjeuner.

     

    En voyant le spectacle

    Un oiseau dit à un autre oiseau :

     « La fatuité, tu vois où cela peut mener ! »

     

     

     Le phoque vaniteux

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Billy the Cid

    Illustration de l'auteur 

     

     

     

     

    Parution 2017

     

     

     

    Billy the Cid

    Thème : Humour

    Format : Roman (134x204)

    Nombre de pages : 72

    Date de publication : 8 septembre 2017

    ISBN : 9782414130450

    Livre papier 9,50 euros  - sur le site des éditions.

     

     

     

     

    Que Pierre Corneille me pardonne !!

     

     

     

    Cet ouvrage est une parodie du « Cid ». On y retrouve les travers de notre société (à propos de l’éducation, de la cupidité), mais aussi des portraits que vous avez peut-être croisés dans votre existence. Histoire balzacienne et vaudevillesque qui ressemble à du théâtre, mais ce n’est pas vraiment la discipline. La bouffonnerie a été réalisée avec du langage argotique et d’autres ingrédients.

     

    Livre étrange où se mélangent des animaux marins – caricatures des personnages.

     

      

     

     

    EXTRAIT

     

     

     

    Pierre Corneille avait pour mère l’oiseau de son nom. C’était un drôle d’oiseau, une corneille noire (Corvus corone). L’animal était du genre passereau et ne faisait que passer, un peu comme vous et moi. Ce genre de bestiole se trouve principalement à la campagne. Mais celle dont je vous parle vivait en ville. Malheureusement, cette corneille avait l’habitude de montrer son fion à tous les tétrapodes emplumés du coin. Elle écartait ses jolies ailes, et elle chantait sur les toits qu’elle était en tiédeur permanente. On suppose que l’enfant a longtemps souffert du tempérament volage de sa génitrice. Quant à son père, nous avons très peu d’information. Peut-être un moineau, un étourneau ou encore un épervier complètement bigleux. Concernant la date de naissance de Pierre, il y a des doutes. Ce qui est ennuyeux pour une biographie. Mais les ornithologues nous donnent tout de même une fourchette de sa mise au monde. Il faut donc l’estimer entre 1400 et 1900. Effectivement, 1400 est un repère, puisque Piero della Francesca naquit à cette période, plutôt vers 1412 ou 1420 ou alors 1430… C’est pratique avec des cocos pareils ! Comment voulez-vous transmettre des informations sérieuses aux esprits curieux ? Bref, Francesca était un pauvre pékin qui peignait des madones, des barbus crucifiés, des annonciations, des résurrections, des triomphes de la chasteté, etc. C'est-à-dire tout un attirail merdique qui émoussait la papauté. Bon ! Revenons à notre mouton. L’année 1900, c’est facile à se rappeler, c’est l’année de naissance d’Antoine de Saint-Exupéry. Hein ? Mais si ! Le Petit Prince ! Encore une histoire bizarre ! On a retrouvé son zinc dans le bouillon au large de Marseille, mais pas le bonhomme. Si ça se trouve, c’était une ruse, il s’est éjecté avant de pénétrer le liquide et il s’est cassé au Brésil avec une souris en matelas pneumatique. Hein ? Oui ! Nous sommes toujours avec Pierre Corneille ! Donc, le petit finit par grandir, et nous savons par les dires que, dès qu’il fut jeune homme, sa vioque lui acheta une épicerie sur les bords de Seine à côté de Rouen. Hein ? Si ! Si ! Le nom de la ville est aisé à se mémoriser. C’est là que Jeanne la Pucelle a fait un grand méchoui avec les Angliches. Pas étonnant qu’on l’ait appelée « La Vierge », elle se baladait toujours en armure, il était donc difficile de lui mettre la main au slibard. Ce n’est pas comme les mignonnes d’aujourd’hui, toujours à exhiber leurs miches et leurs tétines sur Internet. Hein ? Comment dites-vous ? Si ! Si ! On continue la biographie du gaillard. Au début, son épicerie était très prospère. Mais Pierrot avait du sang chaud dans les veines, et bientôt il se mit à fréquenter les morues du quartier et à picoler. Un jour, il a disparu de la circulation. Sa mort reste aujourd’hui une énigme. Les journaleux de l’époque ont supposé qu’il avait été asphyxié par une paire de gros nibards, d’autres ont pensé qu’il était parti sur les routes pour y vendre des spiritueux. Mais, c’est bien connu, les journaleux racontent souvent n’importe quoi. Bref, la famille a vendu l’épicerie. Le nouveau propriétaire s’est mis à y faire un peu de ménage. Et là ! Que trouva-t-il dans la réserve du magasin ? Hein ? Quoi ? Non, non !! Ni un porte-jarretelles, ni un soutif, ni une boutanche de whisky. Mais… un… un… un manuscrit. Il a trouvé un manuscrit !! C’était une pièce de théâtre intitulée « LE CID » – ne pas confondre avec le CIDRE, qui reste encore la boisson préférée des Bretons. L’ouvrage fut transmis à un éditeur, qui fut subjugué par la verve et par la trame. La pièce fut jouée rapidement sur les grands podiums des villes, et ce fut un succès immédiat. Remarquez, il était fortiche le Corneille pour inventer un personnage qui embroche son futur beau-père, repousse une colonie de Maures, amoche l’amant de sa greluche… Ça tient du génie. Le Cid, c’est un peu « Billy the Kid » : un teigneux, un amoureux de la boucherie.

     

     

     

     

    EXTRAIT ACTE 1

     

     Don Fernand : Bien ! Je vais donc vous dire la chose. Je suis très perturbé par l’éducation de mon fils, le prince Albert. Il va bientôt avoir dix-huit ans,mon Bébert, il a plein de boutons sur le tarin et autour des mirettes. Il ne connaît rien des greluches et des techniques amoureuses.

     

     

    Don Diègue : Voilà une triste histoire, Mon Souverain !

     

    Don Gomès : Quelle misère !

     

    Don Fernand : De plus, Monsieur a la cafetière complètement enfumée. Il s’avachit toutes les journées sur son sofa ; il tchatche avec des attardés sur son écran magique.

     

    Don Diègue : Quel malheur !

     

    Don Gomès : Tout fout le camp !

     

    Don Fernand : Par ailleurs, Albert n’est vraiment pas fortiche avec les mathématiques.

     

     Don Diègue : Pfffffff !

     

     Don Gomès : Ah, la jeunesse !

     

    Don Fernand : Quant à sa langue natale, c’est désastreux ! Il a du mal à s’exprimer oralement, la menteuse fourche entre les syllabes. On dirait qu’une bestiole lui a chié au fond du gosier ! Pour l’écriture, c’est pire ! Comment se fesse* ? me direz-vous. C’est à cause… à cause du laxisme éducatif, du « faut laisser agir selon les désirs », de la méthode globale, et j’en passe ! Ah, si je tinsse* les couillons qui ont créé ce merdier ! Déjà, les mômes ne sont pas des flèches !

     

    Don Diègue : Et puis, ils ne lisent plus, Votre Majesté ! À notre époque, on s’instruisait. On regardait très peu la téloche. De temps en temps, on jouait aux castagnettes et aux toreros. Mais aujourd’hui, il y a tellement de gadgets !

     

     


  •  

     

    PIERRE RIVE extrait livre Sel

     

     

    Livre ( poésie et petites histoires)

     

     

     

    Un jour,

    Le poisson-scie

    Et le requin-marteau

    Ont construit une maison

    Tout au fond de la mer.

     

    L’homme qui vivait dedans

    Il faut le dire

    Etait marteau.

    Et il sciait des algues et des coraux

    En grande quantité.

                                                                                                                        

    Et

    Quand il eut fini d’amasser

    Toute cette végétation dans son pré

    Où broutaient poissons et crustacés

    Il fit un grand feu.

    Les flammes montèrent si haut, si haut

    Que les nuages pouvaient apercevoir

    Un grand cercle rouge à la surface

    De l’étendue salée.

     

    Mais le feu a engendré

    Une éruption volcanique

    Et tous les habitants marins

    Ont fui la région.

     

    Alors

               Une île a poussé

    Au milieu de l’océan.

     

    Une île avec des arbres et du sable blanc

    Et sur le sable

    Une femme nue

    Au visage transparent

    Portait autour de la ceinture

    Des poulpes et une plume de goéland.

     

    L’homme qui avait allumé le feu

    Se mit à escalader la montagne

    Dont le pied se trouvait au fond de l’océan.

    Après une lente ascension

    Avec ses semelles de plomb

    Il arriva à l’air libre

    Où criaient les oiseaux palmipèdes

    Dans les feuillages du ciel.

     

    Quand il vit la femme

    Au visage clair

    Il eut faim, très faim.

    Il caressa les courbes de la nudité

    Et l’appela « Écriture »      

     

    Petite histoire

     

     

    Des mèches lumineuses

    Se subdivisent au front.

     

    La face changeante

    Dans l’exaltation

    Dans l’ombre des cœurs meurtris

    Et dans la renaissance du verbe.

     

    Les sourcils

    Pareils à des prédateurs nocturnes

    Sous les blancheurs des lunes

    Et les paupières rêveuses

    Entrebâillées par les cils du souffle.

     

    Il respire l’instant de ses narines singulières

    Semblable à une bête

    Couverte de sueur et de poussière.

     

    Sa bouche se libère

    Insufflant l’esprit

    Aux arbres incurvés

    Aux pierres érodées

    Et aux doigts créateurs.

     

    Un foulard d’embruns

    Et de cumulus

    Tissé par les ondoiements du sel

    Affiche son cou.

     

    Des cohortes de plumes crient sa fougue

    Dans le tournoiement des ailes.

     

    Et les plaques écumeuses de la mer

    Implorent les îles

    Les rivages de la quiétude

    Contre les tempes des rochers.

     

    Revoici le vent

    Sur cette petite sphère

    Noyée dans un océan d’étoiles.

     

    Revoici le vent

    Sans visage et sans âge

    Qui offrit des corbeilles de fruits

    Aux bottes des dieux.

     

    Il siffle sous les portes

    Frappe les fenêtres.

    Et les coquillages vides

    Pleurent les vergers de l’enfance ;

    Les oreilles attentives

    Qui se posaient sur les antres.

     

    La poitrine poudrière

    Tant de fois modelée

    Dans le flux du temps.

     

    Tel un scorpion

    Sous le roc du ciel

    Subrepticement

    Il sort de son refuge

    Jusqu’aux jambes de la nudité

     

    Il s’immisce dans les mémoires

    Et dans les désirs enfouis.

    Ses membres serpentent

    Dans les ruelles de la vie

    Où s’attablent les regrets

    Les bonheurs fugaces

    Et les abcès crevés.

     

    Au loin

    Dans le tumulte des flots

    Malgré la soif des bateaux

    Et l’entrave des filets

    Les mammifères chantent

    Ses prairies.

     

    Revoici le vent

    Sur cette petite sphère

    Noyée dans un océan d’étoiles.

     

    Revoici le vent

    Impalpable

    Avec ses masques inachevés.

     

    Le vent

    Qui viendra se perdre dans les méandres

    Du silence

    Aussi, tel un rituel séculaire

    Sur le cuir des mortels.

     

    Des mèches lumineuses

    Se subdivisent au front.

    Des syllabes s’envolent

    De ses lèvres démesurées.

     

    Revoici le vent

    Au-dessus des dunes

    Et des déserts de sable.

     

    Le vent

     

     

    Il ne fallait pas croire tout ce que l’on disait dans les îles.

    Tu n’avais pas un corps d’oiseau

    Ni des griffes acérées

    Et ton chant n’attirait pas les marins vers les récifs.

    Tu n’avais pas une longue queue de poisson

    Ni un visage hideux

    Ni un gîte au fond d’un gouffre salé.

     

    Tu étais une femme avec des courbes voluptueuses.

    Ta chevelure ambrée dans le feu changeant du soleil

    Et tes yeux avec des trésors enfouis.

    Tu avais les seins fermes

    Toujours offerts aux mains des vagues

    Et nos deux corps s’élançaient dans les ondes ;

    Nous nagions au loin.

     

    Tu le savais

    Que les hommes vivaient dans des flaques boueuses

    Suintant la suffisance et la laideur.

     

    Tu le savais

    Que je reviendrais toujours vers toi

    Comme un amant fou.

     

    Il ne fallait pas croire tout ce que l’on disait dans les îles.

    Tu n’avais pas un corps d’oiseau

    Ni des griffes acérées.

     

    Tu étais une femme avec des courbes voluptueuses

    Une femme fictive

    Qui lâchait ses chiens de sable

    Parmi les bosquets d’algues

    Dans la verticalité d’une mer

    Où s’ancraient les navires du rêve.

     

    Tu le sais

    Que les hommes vivent dans des flaques boueuses

    Suintant l’avidité et l’ordure.

     

    Tu le sais

    Je reviendrai toujours vers toi

    Comme un amant fou.

     

    Nous nagerons au loin.

     

     

     

    La sirène

     

     

     

     

    PIERRE RIVE extrait livre Sel

     

    Note de la revue VERSO ( Alain Wexler)


  • PIERRE RIVE extrait livre Ville

     

     

    Ce livre est une critique de notre mode de vie.

     

    La cybernétique c’est fantastique, on zappe sur le web, on voit des filles de toutes les couleurs qui feulent pour ne pas pleurer, avec les tétons prêts à éclater. On voit des anus dilatés et des phallus qui trifouillent à tous les vents. La cybernétique, c’est étonnant, et pourtant ils n’ont rien inventé.

    La cybernétique c’est formidable – surtout pour les enfants.

    Les enfants ne rêvent plus, ils marchent entre des trous suintant le sperme.

     

    La cybernétique c’est la délivrance, on s’enferme dans des cellules, on se glisse parmi des groupuscules de phrases, et on ne sait plus pourquoi on est venu. La cybernétique, c’est de la culture en confiture ; ça dégouline et au bout du compte on s’endort sur la souris avec la marque du clavier sur le front.

     

    La cybernétique, c’est une souris qui devrait faire moins de chichi.

     

    La cybernétique c’est émouvant : on vous chiffre,  on vous catalogue,  on vous isole, on vous passe au vitriol, et après vous n’avez plus rien à dire… vous restez scotchés sur votre numéro d’identifiant.

     

    La cybernétique c’est fantastique. Attendez de passer à la casserole !

    Vous

    Jeunes filles si accueillantes derrière vos postes de travail.

    Un jour

    La cybernétique viendra vous chasser

    Et vous serez condamnées à errer dans de longs couloirs froids.

     

     La cybernétique

     

     

    C’était une belle matinée d’automne, le soleil était doux, on aurait pu boire à sa source sans se brûler les lèvres. Les allées, les pelouses, et les trottoirs étaient déjà jonchés de feuilles mortes. Encore, quelques dahlias aux couleurs éclatantes levaient la tête.

     

    En sortant du tram, j’ai rencontré un ami que je n’avais pas vu depuis plusieurs mois. C’est toujours pareil, on se dit que… Et puis le temps passe, on oublie de se voir, on a ses occupations… Je lui ai donc proposé de prendre un café, de griller une cigarette, de faire un peu la causette. Le serveur était à peine arrivé avec son plateau fumant que le portable du compère s’est mis à sonner… J’allais lui dire que… lorsqu’une deuxième sonnerie a fredonné… J’aurais voulu savoir si… une troisième sonnerie… Je commandai donc deux autres cafés, et lui demandai des nouvelles de … lorsqu’il m’a prié de l’excuser, car il avait un message à écrire. Il a tripoté son clavier pendant que je payais l’addition…

     

     

    En sortant du bistrot, nous nous sommes serré la main, et il m’a dit : «  Tu sais, ça fait du bien de pouvoir discuter  avec un ami de longue date ! »

     

    Le téléphone 

     

     

    Les villes deviennent invivables, saturées de klaxons, de crissements de freins, et d’émanations d’essence. Il suffit que l’homme se trouve en face d’un volant, d’un seul coup il devient le maître du monde. Il manipule son levier de vitesse comme s’il palpait son pénis dans l’arène du sexe. Il ouvre sa fenêtre, invective, fait des appels de phares, double avec condescendance.  De plus, la voiture est devenue le symbole de la réussite sociale, ce n’est pas l’outil pragmatique, telle la pointe réclamant le marteau, mais la foire des envieux et des arrogants. Et puis, il faut dire que le monde a changé, les femmes sont arrivées sur le marché du travail. Après une lente émancipation et un épanouissement intellectuel, la douce maman du foyer est aujourd’hui devenue la reine du bizness, la prêtresse d’une pyramide infernale – paradoxalement, elle reste l’objet à dentelles, la publicité et le marketing lui tirent des aubades à tous les vents. Cependant, la femme libérée utilise une voiture pour aller œuvrer, et il n’est pas rare de voir des troupeaux sur les banquettes des attelages. Quant à la progéniture, il a grandi entre deux machines à polluer, et son premier geste est de caresser  la pédale d’accélérateur.

     

     

    Alors, tout ce beau monde vient envahir les rues et les boulevards périphériques. Et tant que le pétrole rapporte, on n’est pas encore disposé pour d’autres solutions.

     

    Les voitures

     

     

    Les pavés de mai 68 contre la société de consommation n’ont pas cassé de vitres. Elles sont lisses et propres, on peut même s’y mirer.

    A part une libération des mœurs, une histoire de touche-pipi, la lame de la révolution a fendu l’eau, et l’eau s’est refermée. Il en a été de même pour d’autres manifestations.

     

    Les grandes surfaces strangulent les petits fournisseurs, et les villes se désertifient. On trouve souvent sur les étalages des tapis asiatiques pour une poignée d’euros : petite fille montre-moi tes doigts piqués d’aiguilles !

    Et, ce sont toujours les banques multinationales qui colonisent les troupeaux de l’indigence.

    Un jour, à force de délocalisations, de moindres coûts, la noblesse du travail manuel va disparaître de notre beau pays. Alors ils feront des musées, et les grands bureaucrates, les boursiers, les actionnaires viendront s’y promener les dimanches avec leurs familles d’obèses.

     

     La société de consommation

     

    PIERRE RIVE extrait livre Ville

     

    Note de la revue Le Bibliothécaire  

     

    PIERRE RIVE extrait livre Ville

                                                         Note de la revue VERSO ( Alain Wexler)

     

     

     


  • PIERRE RIVE extraits  livre Eternelle Mythologie

     

     

    Ce livre est une parodie de la guerre de Troie . (Langage argotique)

     

                                        Acte 4

     

     

          Sur les remparts de Troie, le roi converse avec son fils.

     

     

    Priam                                                       

     

    - Depuis que Pâris a ramené sa greluche de Sparte, on est dans la merde. Et, on s’enlise un peu plus chaque jour. Il y une odeur de putréfaction dans les rues de la ville. Les citoyens ne sont pas folichons. Et, avec le réchauffement de la planète, l’odeur ne fait que s’amplifier. On va finir dans la mélasse avec deux doigts dans le tarin. On va avoir bonne mine, si un jour ils trouvent nos fossiles. Ils vont nous prendre pour des extra-terrestres. .. Je vois déjà le tableau… Et puis cet Achille, ça fait déjà cinq ans qu’il fait le fanfaron devant nos portes. Ça fait déjà cinq ans que nous nous affrontons comme roulés par les vagues d’une mer en fureur.

     

    Hector

     

    - Il vrai que le frangin a toujours été un mordu de la fesse et de la motte. Maintes fois, je lui ai dit d’envoyer sa cocotte valdinguer dans les poubelles. Simplement, madame est une bonne vendeuse de sucettes. Madame a la menteuse bien accrochée et elle sait très bien rouler des galoches. Madame a les frusques les plus chéros de tout le voisinage. Et, à force de jouer du valseur avec ses jupettes au ras de la moule et ses talons hauts, elle va finir par créer la zizanie chez les familles honnêtes.

     

    Priam

     

    - Ah ! Ah les femmes ! Les femmes ! ( D’un coup de paluche, il écrase une colonie de mouches sur son front auguste) Quand on élève des biques, il y a moins de problèmes !

     

    La petite cosette

     

    - Quoi les femmes ! Quoi les femmes !

     

    Scapin

     

                                 - Vous n’avez pas vu Léandre ?

     

     

     

                                                                   Acte 9                 

     

     Pâris

     (Avec ses jumelles et son pistolet-mitrailleur en haut d’une tour)

     

    - Ils sont devenus complètement barjos les Grecs ! Ils travaillent de la touffe les chérubins ! Non seulement ils continuent à jouer aux fléchettes contre mes murailles, maintenant, ils construisent un cheval en bois. En plus, ils ont détruit tous les arbres environnants. Ce n’est vraiment pas bon pour la planète ! Déjà on cuit dans nos armures ! Je savais que dans leur pays il y avait des loufoques, mais des attardés de cet acabit non!                                                                                                                                

    Priam

     

    -  C’est vrai ça ! Ils vont finir par jouer au cerceau et à la marelle les tourtereaux du javelot !                                                  

     

    Pâris

     

    - En attendant, le niveau de la merde n’arrête pas de monter. Les cuissardes ne suffisaient plus, on a été obligé de construire des bicoques sur pilotis ! 

     

    Priam

     

    -  Notre ville ressemble à un village de pêcheurs d’huîtres !

     

    Pâris

     

    - Il manque plus que les gondoles et on va devenir Ritals !

     

    Hélène

     

    - T’inquiète mon amour !

     

    Pâris

     

    - Tout de même… cette guerre !

     

     

    PIERRE RIVE extraits  livre Eternelle Mythologie

     

    Note de la revue VERSO n° 140 (Alain Wexler)

     

     

     

     

     


  • PIERRE RIVE extraits livre Mélange

     

     

    Ce livre est  un ouvrage essentiellement axé sur l'humour.

      

                                                           Chère mémé,

     

     

    Je passe actuellement mes vacances à L’île aux Moines avec oncle Lucien. Tu le sais, ma mémé, j’aime beaucoup flâner au bord de la mer ; ramasser des coquillages et escalader les rochers. De plus, je viens d’avoir treize ans, mes épaules ont pris de l’envergure, et je peux nager à souhait. Je ne sais pas s’il y a eu des moines sur ce morceau de terre. Mais, comme dit oncle Lucien, s’il y a eu ce genre d’individus, ils devaient certainement se palucher, vu la viande qui rôtit à cette saison. Ce n’est pas toujours, que je comprends oncle Lucien. A mon avis, il a dû trifouiller dans les hiéroglyphes ou il a dû faire du latin quand il était apprenti charcutier chez la grosse Simone. La maison que nous avons louée est vraiment charmante.  Elle jouxte un bosquet de pins maritimes, et ma chambre se trouve juste en face de la plage. Quand j’ouvre les volets : un spectacle merveilleux. Outre le chant de la mer, il y a plein de jeunes filles qui marchent sur le sable avec de jolies petites ficelles entre les joues du bas du dos. Et, quand je respire à pleins poumons, ça sent bon la crevette. Comme dit le docteur à tante Ursule, l’air marin, c’est excellent pour la santé. Quant à Oncle Lucien, il passe toutes ses journées sur la terrasse avec ses jumelles. Il  dit que le flux, le reflux des marées et les voiles lui reposent l’esprit. Tu le sais, ma mémé, j’ai beaucoup d’estime pour oncle Lucien. En vérité, c’est un être passionnant. Il s’intéresse particulièrement à la faune marine.  Il me parle souvent de la moule. Il dit que c’est un mollusque très utile. A ce propos, quand je vais dans son appartement parisien, sur ses étagères, il y a énormément de cassettes vidéo concernant la vie de ce bivalve. Mais, pour l’instant, il m’interdit l’accès à sa bibliothèque. Ce n’est pas toujours, que je comprends Lulu. Pourtant, il faut quand même avouer une grande érudition dans ce personnage. Ce qui prouve, ma mémé, que l’on soit travelo ou charcutier, ce qui compte, c’est la curiosité. Un matin, avec les copains et les copines des environs, nous sommes allés faire une partie de cache-cache dans le bosquet de pins. C’est là que j’ai fait la connaissance de Louise. C’est une grande brune avec une queue de cheval. D’ailleurs, elle ressemble vraiment à un cheval. Il lui arrive de hennir avec sa grande bouche charnue. Et puis, elle a une façon de regarder… Louise a un an de plus que moi. Pourtant, il y a déjà de la femme. On voit de gros tétons qui pointent sous sa chemise. Donc, nous étions à la partie de cache-cache, quand elle m’a bousculé derrière un buisson. Tu ne vas pas me croire, ma mémé. Louise s’est allongée ; elle a plongé ses yeux de strige dans les miens ; elle m’a pris la main et l’a mise sous sa jupe. A ce moment précis, ma mémé, j’ai senti un raz de marée envahir mon calcif.

    C’est avec lenteur que j’ai pris le chemin du retour. J’ai marché les jambes arquées. J’avais les boules qui avaient doublé de volume. Au loin, j’ai vu oncle Lucien, et il m’a crié : « Viens petit ! On va à la pêche aux moules ! »                                 

     

     Ah ! Les joies des vacances !

     

     Je t’embrasse très fort ma mémé

     

     Sur les joues…

     Sur les joues…

     Sur les joues… du haut.

     

     

                                                   Ton Bébert.

     

     Chère Rose, 

     

    Je ne savais plus quoi penser de notre dernière rencontre. Il y avait tellement de sensualités dans vos gestes et sur votre visage. J’ai eu l’impression d’avoir passé ma vie à ramer dans un océan de pauvreté. C’est pourquoi, depuis peu de temps, j’ai investi dans un aéroplane. Cela afin, de survoler ma triste personnalité, de pouvoir vous approcher sans ressentir cette affreuse pesanteur qui déstabilisait mon armure et dégradait mes articulations. J’avais beau mettre de l’huile, à chaque fois que je vous apercevais – vous, si belle et si fragile – j’avais le palpitant qui commençait à rouiller, la langue chargée, les amygdales grosses comme des roupettes, et la salive figée.

     

    Le jour fatidique où nous avons décidé de nous rencontrer pour une sérieuse conversation sur notre devenir, vous m’attendiez dans une jolie prairie fleurie. Alors, vous m’avez vu arriver tel un aigle royal. Mon zinc dessinait de grands cercles dans l’azur, et un vent douceâtre soulevait votre robe, laissant apercevoir votre superbe calbut à rayures vertes. Le preux chevalier du ciel faisait des acrobaties, tandis que vous restiez la bouche ouverte, émerveillée. Vous aviez toujours cet éblouissement dans la mâchoire, lorsque je décidai d’atterrir sur des tapis de pâquerettes. Mon aile gauche a emporté votre dentition, et c’est à ce moment-là que je me suis aperçu que mes freins ne fonctionnaient plus. Ma belle Rose, je fus complètement désemparé lorsque mon appareil est allé se cogner avec fracas contre un bosquet de peupliers. Avec le choc, je me suis mordu la langue, et un morceau de viande est venu se plaquer sur le tableau de bord. Depuis ce temps-là, nous ne nous parlons plus. 

     

     Et je peux vous affirmer que c’est bien dommage !

     

     

                                                                               

     

     

     PIERRE RIVE extraits livre Mélange 

     

     

     

    Note de la revue VERSO (Alain Wexler)






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires